Selon la FAO (1), les prix des produits laitiers sont en augmentation pour le quatrième mois consécutif, (+5,2 %) grâce à une forte demande d’importations au niveau mondial, et ce, malgré des préoccupations liées à l’approvisionnement et au temps sec que connaît actuellement l’Océanie.

Celui de la viande augmente de 3 % grâce à une augmentation de la demande de l’Asie où la rapide propagation de la peste porcine africaine a entraîné une forte baisse de la production domestique. Les prix des autres viandes sont restés stables.

Des huiles en hausse

L’indice des prix des huiles végétales de la FAO a également augmenté de 0,9 % en raison de la hausse de la demande mondiale et de la réduction des stocks dans les principaux pays exportateurs. Les industries américaines du biodiesel et de l’agroalimentaire ont, quant à elles, tiré le cours de l’huile de soja à la hausse.

Le sucre a augmenté de 0,8 % en raison d’une plus grande stabilité du prix du pétrole brut et de la hausse du prix de l’énergie qui a encouragé le recours à la canne à sucre pour produire de l’éthanol au Brésil.

Les céréales en baisse

L’indice des céréales a diminué de 2,8 % à cause des grandes quantités disponibles à l’exportation. Selon le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales, publié le 9 mai 2019, les premières perspectives indiquent que la production mondiale de céréales devrait atteindre un niveau record de 2 722 millions de tonnes en 2019. Les prix resteront probablement sous pression face à un bon équilibre de l’offre et de la demande.

R.H.

(1) Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation.