Après le vote de la proposition de loi visant « à protéger la rémunération des agriculteurs » à l’Assemblée nationale, le 24 juin 2021, les petites et moyennes entreprises (PME) de l’agroalimentaire déplorent ne pas avoir été prises en compte dans ce texte. Elles craignent pour la pérennité de leurs activités.

« Il n’y a eu aucune prise en compte des spécificités des fabricants PME qui représentent 98 % des entreprises agroalimentaires et qui privilégient l’approvisionnement local et les circuits courts », dénonce la Fédération des entreprises et entrepreneurs de France (Feef), dans un communiqué du 29 juin 2021.

Maîtrise des tarifs transformateurs

Le 14 juin 2021, dans une tribune signée par 140 PME, la Feef demandait « un prix rémunérateur pour tous ». Les PME de l’agroalimentaire appellent les parlementaires à modifier la proposition de loi pour « rendre aux transformateurs PME la maîtrise de leur tarif afin qu’ils soient en capacité de répercuter les coûts agricoles et les coûts de transformation à la grande distribution ».

La Feef regrette de ne pas avoir été entendue. « Il ne pourra y avoir de revalorisation des revenus des agriculteurs sans le respect du tarif des industriels PME qui sont les premiers transformateurs de la matière première agricole d’origine française », clame-t-elle.

Les PME de l’agroalimentaire craignent que le texte du député Grégory Besson-Moreau privilégie les marques de multinationales aux dépens des PME et demandent aux sénateurs, qui examineront le texte en septembre, de se saisir du sujet.

> À lire aussi : Rémunération : la loi Besson-Moreau divise les syndicats (25/06/2021)

Marie Salset