Alors que la loi « visant à protéger la rémunération des agriculteurs » a été votée à l’unanimité le 24 juin 2021 à l’Assemblée nationale, la Confédération paysanne ne croit pas à l’une de ses mesures.

La proposition concerne l’expérimentation d’un « tunnel de prix » pour cinq ans dans les contrats entre les producteurs et les premiers acheteurs (les transformateurs). Cette mesure consiste en l’application de « bornes minimales et maximales » entre lesquelles les modalités de détermination ou de révision du prix devront trouver leur place selon les termes du cabinet du ministre de l’Agriculture.

Plusieurs conditions manquent à l’appel

Pour la Confédération paysanne, il manque une condition pour que ce dispositif soit efficace. « Cette proposition pourrait être intéressante, à condition d’une part qu’elle garantisse que le tunnel de prix payé aux producteurs ne descende pas en dessous des coûts de production, et d’autre part qu’elle soit associée à une régulation des marchés et à un mécanisme de maîtrise des volumes qui contraindrait par exemple à une baisse concertée de la production en cas de chute des prix. Hélas, il n’en est rien ! », estime le syndicat dans un communiqué du 29 juillet 2021.

« Souvent citée comme une solution pour peser mieux face aux grandes surfaces, « l’organisation économique des producteurs », qui se matérialise actuellement par une concentration excessive des coopératives au profit de quelques acteurs, n’a jamais permis une revalorisation des prix », ajoute la Confédération paysanne.

Pour elle, cette loi « s’inscrit dans cette même utopie, qui consiste à croire que les interprofessions et des opérateurs privés « organisés », réunis autour d’un contrat, pourraient se substituer à l’État pour protéger la rémunération des paysannes et des paysans ». Le syndicat appelle l’État « à prendre ses responsabilités ».

Le 30 juin 2021 , la Coordination rurale s’était déclarée favorable à l’expérimentation du « tunnel de prix ». Le Sénat doit examiner la proposition de loi en septembre.

> À lire aussi : La loi Besson-Moreau divise les syndicats (25/01/2021)

Alexis Marcotte