Alors que le Parlement débat en ce moment du projet de loi de finances pour 2017, le syndicat Jeunes Agriculteurs (JA) veut rappeler la nécessité d’installer des jeunes en agriculture. « Depuis 2015, c’est l’hécatombe sur l’installation dans les différentes lois de finances : perte de 11,5 millions sur la ligne Ficia (1), passage de 5 millions à 1,25 million sur la ligne stages… Et pour le projet de loi de finances pour 2017, ce sont les lignes dotation au jeune agriculteur (DJA) et prêts bonifiés qui sont spécialement touchées avec une perte de 8 millions d’euros. »

En 2015, le budget affecté aux prêts bonifiés était de 21 M€, mais seulement 6 M€ ont été réellement utilisés. Il s’ajoutait aux 25 M€ de la DJA, soit un total de 46 M€ prévus pour 31 M€ consommés, Bercy ayant l’habitude de réaffecter le reliquat à d’autres lignes budgétaires pas toujours agricoles. En 2017, les prêts bonifiés sont supprimés au profit d’une revalorisation de la DJA, mais avec un budget pour l’instant établi entre 38 et 40 M€.

La responsabilité du gouvernement

JA explique que l’enveloppe de 2015 n’a pas été consommée par la faute du gouvernement : « Les blocages administratifs, dus à la mise en place de la nouvelle Pac, n’ont pas permis d’installer des jeunes avant septembre 2015. Il était donc difficile de consommer une enveloppe prévue pour douze mois sur quatre mois uniquement. D’autre part, le dispositif des prêts bonifiés était devenu obsolète et n’a pas non plus permis de consommer les 22 millions prévus. »

Le syndicat demande aux parlementaires, puisque le ministère de l’Économie ne l’a pas fait, de considérer cette année comme exceptionnelle et de réattribuer à la DJA, a minima, le budget de 2015, soit 46 M€. Du fait de la réforme, le budget sera consommé, rappelle JA.

Encourager les jeunes à s’installer

« En cette période de crise agricole, il faut encourager les jeunes à s’installer, et ce n’est pas en supprimant des lignes budgétaires que nous pourrons le faire », plaide-t-il. Et de rappeler que le budget européen aussi s’effrite : « C’est 24 millions de budget européen que nous avons perdu, le cofinancement sur les aides à l’installation étant de 80 %. » Et rien ne laisse pour l’instant entrevoir ce que sera le budget de la Pac post-2020.

Arielle Delest

(1) fonds d’incitation et de communication pour l’installation en agriculture.