Des groupes citoyens aux Pays-Bas appellent à un référendum pour décider si le Parlement doit ratifier le Ceta, tout comme l’impopulaire TTIP (ou Tafta) en discussion avec les États-Unis. Une pétition lancée en octobre 2015, mais qui s’est nourrie d’un regain d’intérêt ces dernières semaines, a déjà réuni 190 400 signatures sur les 300 000 nécessaires pour imposer ce référendum au gouvernement.

« Des accords vieillots »

« On veut dire clairement aux politiques que ces accords devraient être discutés plus ouvertement et radicalement modifiés », a expliqué Niesco Dubbelboer, du mouvement Meer Democratie [Plus de démocratie, NDLR]. Ces traités « sont des accords vieillots, postcoloniaux, qui favorisent les intérêts des grosses entreprises et investisseurs », argumente-t-il, estimant que les questions « du climat et de la durabilité devraient être davantage en première ligne ».

Les organisateurs de la pétition anti-Ceta se défendent d’être eurosceptiques. « Je suis pro-UE », affirme Niesco Dubbelboer, « mais je crois que l’Europe devrait être plus démocratique ». Un référendum, si les 300 000 signatures étaient acquises, ne serait vraisemblablement pas organisé avant plusieurs mois et sans doute pas avant les législatives prévues en mars.

AFP