Clap de fin sur le congrès de Jeunes Agriculteurs (JA) qui s’est tenu du 27 au 29 octobre 2020 à la Baule (Loire-Atlantique). À cette occasion, le président fraîchement réélu, Samuel Vandaele, et une partie de son nouveau conseil d’administration, ont présenté les conclusions de leur rapport d’orientation de 2020. Celui-ci s’attardait sur le renouvellement des générations en agriculture, « le cœur du réacteur de JA », dixit Samuel Vandaele.

« Nous sommes dans l’obligation de réussir ce défi, a confié François-Étienne Mercier, l’un des rapporteurs. Plus de la moitié des agriculteurs pourront faire valoir leurs droits à la retraite d’ici à 10 ans. […] Nous avons travaillé sur deux notions : la professionnalisation et la simplification. »

Professionnaliser le métier

« Aujourd’hui, n’importe qui peut avoir le statut d’agriculteur. On ne veut plus que ce soit le cas », a assuré François-Étienne Mercier. Le syndicat souhaite durcir l’accès au métier et limiter l’accès aux personnes non-formées : « Nous demandons pour accéder au métier d’avoir au minimum un diplôme agricole de niveau IV. » Un niveau d’exigence que le syndicat assume, justifiant qu’il s’agit de « professionnaliser le métier, car nous sommes des professionnels ».

Renforcer le rôle du Point accueil installation

Autre frein soulevé par le syndicat : la simplification des démarches à l’installation. « Nous souhaitons renforcer les missions du Point accueil installation (PAI) en Point accueil installation, formation et transmission, a expliqué l’un des rapporteurs. Nous avons fait le choix fort, mais nécessaire, pour simplifier l’accompagnement du porteur de projet de créer une structure unique, capable de proposer un dispositif unique d’accompagnement de l’installation à la transmission. »

Si le rapport d’orientation, publié à la fin de l’année, ne prévoit pas les aspects techniques d’une telle structure, le syndicat se dit ouvert à toute proposition dès lors que « tous les porteurs de projets pourront avoir des réponses à leurs questions et un accompagnement humain ».

La loi foncière enterrée

Autre moment fort du Congrès, deux heures de questions-réponses au ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, à huis clos. Le ministre s’est notamment exprimé au sujet de la loi foncière.

Le ministre a été clair. Il n’y aura pas de loi foncièreSamuel Vandaele, président du syndicat Jeunes Agriculteurs

« Le ministre a été clair. Il n’y aura pas de loi foncière, a rapporté Samuel Vandaele. On est un peu déçu, on aurait voulu une loi foncière qui encadre un certain nombre d’éléments qui sont importants pour l’installation et notre souveraineté alimentaire. […] On ne baissera pas la garde sur ce sujet, il faudra trouver d’autres moyens. »

Alessandra Gambarini