Alors que le bilan s’alourdit pour de nombreuses cultures, l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) demande une réponse forte des autorités publiques pour indemniser et aider les exploitants touchés.

> À lire aussi : Gel : Julien Denormandie annonce l’ouverture du régime des calamités agricoles (09/04/21)

Des mesures rapides et une révision des outils d’indemnisation

Dans son communiqué du 13 avril, l’APCA demande un déplafonnement de l’enveloppe nationale du FNGRA (Fonds national de gestion des risques en agriculture). Une demande qui fait écho aux annonces du Premier ministre ce samedi 10 avril.

> À lire aussi : Intempéries : un fonds exceptionnel pour soutenir les agriculteurs victimes du gel (12/04/21)

L’APCA souhaiterait également que les agriculteurs sinistrés puissent bénéficier de l’exonération de la taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti afin « d’alléger les prélèvements », ainsi que d’un dispositif simple et rapide d’accompagnement social, fiscal et bancaire comme le report et l’étalement des échéances au niveau des banques et des fournisseurs.

Mais Sébastien Windsor, président de l’APCA, rappelle aussi la nécessaire révision des outils de gestion des risques ainsi que l’obligation d’un « accompagnement des pouvoirs publics à l’adaptation des exploitations » pour conserver notre souveraineté alimentaire.

Un accompagnement technique et administratif

Les chambres d’agriculture ont déployé des cellules de crise et des numéros spécifiques pour permettre aux exploitants sinistrés de se manifester et d’être suivis.

Les chambres proposent notamment un suivi agronomique (préconisations techniques) et administratif (identifier les dispositifs d’indemnisation accessibles).

Alessandra Gambarini