Près d’une entreprise de l’agroalimentaire sur deux est concernée par des problèmes d’absentéisme (45 %), avec un taux moyen de 20 % d’absents, selon l’association nationale des industries alimentaire (Ania). 11 % des entreprises sont concernées par le droit de retrait de leurs salariés. Il concerne en moyenne 13 % de leurs effectifs.

L’Ania a publié, le 1er avril, les résultats d’une consultation réalisée auprès de 550 entreprises de l’agroalimentaire (1), dont 80 % de TPE-PME, 17 % d’entreprises de taille intermédiaire et 3 % de grands groupes.

Dans l’ensemble, 30 % des entreprises ont recours au chômage partiel et 34 % ont dû fermer un ou plusieurs sites industriels.

Surcoût de transport

Interrogées par l’Ania sur leur approvisionnement, 16 % des entreprises affirment rencontrer des difficultés d’approvisionnement en matières premières agricoles et 58 % en emballages.

Plus de 70 % rencontrent aussi des difficultés de logistique, qui pour 51 % peuvent les empêcher de livrer leurs clients. 16 % estiment que cela entraîne un surcoût notamment de transport : la hausse est inférieure à 25 % pour 83 % d’entre elles, comprise entre 25 et 50 % pour 14 % d’entre elles et supérieure à 50 % pour 3 % d’entre elles.

78 % des entreprises anticipent une baisse de chiffre d’affaires, dont 26 % pour lesquelles la baisse pourrait être supérieure à 50 %, rapporte l’Ania.

Marie Salset

(1) : 28 % de produit d’épicerie (sucrée ou salée), 17 % de produits frais non laitiers (viandes, charcuterie, traiteur), 8 % de produits frais laitiers, 8 % de produits surgelés (sucré ou salé), 16 % de boissons (alcoolisées ou non), 17 % d’ingrédients alimentaires, 4 % de nutrition animale ou encore 2 % de nutrition spécialisée.