Alors que le Conseil agriculture et pêche se réunit actuellement à Luxembourg et qu’un vote crucial est attendu au Parlement européen cette semaine, des syndicats agricoles ont tenu à rappeler leur vision de la Politique agricole commune. La FNSEA a défendu dans un communiqué du 16 octobre 2020 une politique « au service de l’alimentation saine et accessible » et qui « doit permettre à l’agriculture européenne d’être compétitive, résiliente et durable »

> .À lire aussi : Les trois enjeux du Conseil des ministres sur la prochaine Pac (19/10/2020)

Une « décision rapide » attendue

Le Copa-Cogeca espérait quant à lui vendredi une « décision rapide sur la Pac » à la mesure des incertitudes croissantes liées au Brexit, à l’épidémie de Covid-19 et au changement climatique. « Les agriculteurs sont prêts à adopter des mesures environnementales et climatiques, mais basées sur des outils pragmatiques, volontaires et bien financés » a rappelé le syndicat européen, présidé depuis le 18 septembre par Christiane Lambert.

La Confédération paysanne a sorti les drapeaux

De son côté, la Confédération paysanne a préféré battre le pavé samedi à Paris. Aux côtés d’autres organisations, le syndicat a défendu « un changement global de société » via la négociation d’une « nouvelle Pac ». La Confédération paysanne tenait à dénoncer « l’impasse où l’agroindustrie mène nos systèmes alimentaires » et pour affirmer « une nouvelle PAAC (NDLR : Politique agricole et alimentaire commune) qui soit au service d’une alimentation saine et de qualité pour tou.te.s ».

La Coordination rurale (CR) a également donné de la voix ce lundi 19 octobre 2020. Même si le syndicat de Bernard Lannes aurait souhaité que les textes discutés au niveau des institutions européennes « soient plus précis et contraignants sur le sujet fondamental de la couverture des coûts de production », il « reconnaît que certains amendements font heureusement preuve de bon sens et proposent de véritables avancées qu’il convient d’adopter ».

Une Pac « au service des consommateurs et des citoyens »

La Coordination rurale en profite pour rappeler qu’elle plaide pour une Pac « au service des consommateurs et des citoyens en cessant de supprimer les agriculteurs et en les confortant dans leur mission essentielle, celle de garantir de façon durable la sécurité alimentaire de l’Union européenne ». L’alimentation, encore et toujours, est plus que jamais dans la bouche des syndicats.

Alexis Marcotte