« Le diagnostic français pour la prochaine Pac passe à côté des enjeux », dénonce la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab), dans un communiqué du 6 février 2020. Ce diagnostic a été présenté aux organisations professionnelles agricoles, lors du conseil supérieur d’orientation du 5 février, pour préparer les orientations du plan stratégique national pour la future Pac.

> À lire aussi : Plan stratégique national, la construction de la future Pac est lancée (06/02/2020)

La Fnab déplore que « ce diagnostic ne place pas les études menées en 2016 sur l’agriculture biologique (1) au centre de son travail et valorise des systèmes pour lesquels l’impact positif sur la transition écologique et sociale n’a jamais été démontré ».

« On a eu l’agriculture écologiquement intensive, puis on a eu l’agriculture raisonnée et le plan Ecophyto et maintenant les promesses incertaines de la HVE. L’agriculture biologique est pourtant de l’avis des scientifiques la solution de la transition agricole, mais la volonté politique de défendre notre modèle est inexistante », s’inquiète Guillaume Riou, président de la Fnab.

Des litiges à la suite des retards de paiement des aides bio

La Fnab dénonce également la non-prise en compte des « dysfonctionnements des cinq dernières années en matière d’aides bio », évoquant les retards de paiement et des « approximations de l’Administration qui sont imputées aux paysans ».

« Le gouvernement refuse de reconnaître sa responsabilité et contraint les paysans à payer des pénalités pour non-respect de règles incompréhensibles et fixées a posteriori », estime la fédération. Elle fait savoir que cinq procédures sont en cours pour demander une indemnisation pour les producteurs. D’autres cas litigieux attendent une réponse du ministère.

Marie Salset

(1) Quantifier et chiffrer économiquement les externalités de l’agriculture biologique, Itab-Inra 2016.