C’est par visioconférence que la présidente de la FNSEA a pris la parole ce 24 mars 2020 lors d’une conférence de presse pour revenir sur les difficultés que rencontre le monde agricole face à la crise du coronavirus. Un format que le syndicat s’est dit prêt à réitérer au gré de l’actualité agricole et politique.

En panne de main-d’œuvre

Christiane Lambert l’a répété : « L’agriculture a besoin de bras ». Alors que les frontières de Schengen sont fermées et que les déplacements entre pays européens sont limités, la filière agricole manque de main-d’œuvre. Environ 200 000 saisonniers sont à trouver jusqu’au mois de mai.

La présidente de la FNSEA a rappelé le travail engagé avec l’Anefa, la ministre du Travail et Pôle Emploi pour remédier à ce manque de main-d’œuvre. Ensemble, ils ont mis en place une plateforme de recrutement de main-d’œuvre destinée aux employeurs et aux futurs saisonniers.

« Un élan se manifeste », a déclaré la présidente de la FNSEA. Pour preuve, en Alsace, en l’espace d’une nuit, une centaine de personnes se sont manifestées pour être employées sur les fermes. « Ceux-ci seront rémunérés sur la base de la convention des travailleurs saisonniers », a indiqué Christiane Lambert.

Des opérations de communication de plus grande ampleur, notamment via le ministère de l’Agriculture, devraient voir le jour très prochainement. Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a d’ailleurs appelé ce matin sur l’antenne de BFM TV, tous ceux qui se retrouvent sans activité à aller prêter main-forte aux agriculteurs.

À lire aussi : Saisonniers, le confinement prive les agriculteurs de main-d’œuvre (19/03/2020)

Soutien aux filières

La présidente du syndicat est revenue sur la filière horticole et pépiniériste, gravement touchée par la crise du coronavirus Covid-19. Alors que la production est à son paroxysme, les producteurs n’ont plus le droit de vendre depuis les restrictions annoncées par le gouvernement. Pour ceux-ci, « nous les orientons vers les aides économiques mises en place par le gouvernement, a indiqué Christiane Lambert. Ils représentent 2 300 entreprises en France, soit 18 300 emplois. »

À lire aussi : Coronavirus, quelles sont les mesures nouvelles pour soutenir les entreprises ? (20/03/2020)

À l’approche des fêtes de Pâques, la FNSEA en concertation avec la FNO (Fédération nationale ovine) et la Fnec (Fédération nationale des éleveurs de chèvres) a également demandé à la grande distribution et aux bouchers de s’approvisionner en France pour les agneaux et chevreaux, plutôt qu’en Nouvelle-Zélande.

« Un certain nombre de distributeurs et de bouchers se sont engagés à le faire », rassure la présidente du syndicat. Un engagement a également été obtenu par la FNSEA et les JA auprès des sept grands distributeurs nationaux afin que ces derniers privilégient les achats français et les mettent en avant dans leurs rayons.

À lire aussi : Les grandes surfaces affichent leur soutien aux maraîchers (24/03/2020)

Christiane Lambert a enfin rappelé l’importance capitale qu’a l’agriculture : « Il est important de savoir que notre activité est reconnue. Il faut que l’on tienne ! […] Tous les opérateurs sont importants, de la fourche à l’assiette. »

A. Gambarini