Les subventions européennes ont ralenti les départs d’actifs agricoles du secteur. Voici l’un des premiers constats du document de travail réalisé par une équipe de chercheurs de l’université belge KU Leuven, dont l’objectif était d’évaluer l’impact des subventions de la Pac sur les flux de main-d’œuvre agricole.

Un effet surtout sur les nouveaux pays de l’UE

Ce constat est d’autant plus visible dans les « nouveaux » pays de l’Union européenne, c’est-à-dire ceux qui ont rejoint l’UE après l’Europe des 15. Les auteurs de l’étude expliquent ce phénomène par le fait que « les paiements découplés améliorent la productivité agricole et donc la survie des exploitations ».

Baisse de la Pac : 16 000 actifs en moins par an

Alors que le nombre de départs annuels d’actifs agricoles est de l’ordre de 180 000, les auteurs estiment qu’une baisse de 10 % du budget de la Pac amènerait 16 000 personnes supplémentaires à quitter le secteur.

Privilégier les paiements découplés

Si l’étude montre que les paiements découplés du premier pilier de la Pac ont un vrai effet sur le maintien des actifs agricoles, les paiements couplés n’ont, quant à eux, aucune vertu. Elle conclut que le report de 10 % des aides couplées sur des paiements découplés préserverait 13 000 emplois annuels.

B.Q