L’État et les Régions se sont accordés ce lundi 16 novembre 2020 sur la gestion du Feader (deuxième pilier de la Pac) pour les années de transition 2021 et 2022, à l’occasion d’un comité État-Régions. Le maintien du taux de transfert du premier vers le second pilier au niveau de 7,53 % a été décidé pour 2022, dernière année avant la nouvelle Pac.

Le comité, coprésidé par le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, et le représentant des Régions de France, Loïg Chesnais-Girard (président de la Région Bretagne), a également acté la répartition des enveloppes pour 2021 et 2022 du Feader entre les Régions. Celle-ci se fonde sur la base de la proposition établie collectivement par les Régions — hors prise en compte des besoins liés à l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN), à l’assurance récolte et aux mesures de prédation, dont le cadrage est national.

Un plan pour les zones intermédiaires

« Le ministre et les Régions ont convenu de définir ensemble un plan d’action pour les zones intermédiaires, visant à dégager de manière collective les accompagnements les plus adaptés tant sur la période de 2021-2022 (par exemple en mobilisant des mesures du second pilier) que sur la période de 2023 à 2027 dans le cadre de l’ensemble de la nouvelle Pac », indique aussi le communiqué commun des Régions et du ministère.

Un prochain comité État-Régions est prévu au début de décembre et sera consacré à la mise en œuvre du plan France Relance (qui vient en complément des crédits européens), ainsi qu’« aux moyens de développer les circuits courts et à la préparation du plan stratégique national (PSN) de la Pac ».

Bérengère Lafeuille