« Comment convaincre les élèves à venir dans l’enseignement agricole ? » C’est la question que s’est posée Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture le 27 février 2019 au Salon international de l’agriculture. Aux côtés de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, et de Muriel Pénicaud, ministre du Travail, il a lancé la nouvelle campagne de communication de l’enseignement agricole baptisée « L’aventure du vivant ». Diffusée sur les réseaux sociaux comme Snapchat et Instagram, la campagne a pour objectif d’attirer plus de jeunes vers les métiers de l’agriculture et de défaire les préjugés.

« Un primo choix comme d’autres »

« L’objectif est de former plus, partout et mieux, a déclaré Didier Guillaume sur le stand du ministère de l’Agriculture. L’enseignement agricole doit être un primo choix comme d’autres. Il n’y a pas de filières nobles et d’autres qui ne le sont pas ». Le même constat semble être observé dans l’apprentissage.

« Beaucoup de jeunes croient que l’apprentissage ne concerne que les enfants d’agriculteurs, observait Muriel Pénicaud. Avec « la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel », on a débloqué certains freins à l’apprentissage ». La ministre a ensuite fait écho de l’aide de 500 euros pour les apprentis en zone rurale passant l’examen du permis de conduire et une augmentation de la rémunération en apprentissage.

Améliorer l’orientation dans les collèges

Si le ministère de l’Agriculture entend capter les jeunes sur les réseaux qu’ils fréquentent quotidiennement, cela ne doit pas pour autant occulter le travail des conseillers d’orientation dans les collèges. « Nous avions signé avec le ministère de l’Agriculture une convention pour que l’orientation puisse être portée de manière plus approfondie sur les 200 métiers que compte l’agriculture, a précisé le ministre de l’Éducation nationale. L’objectif est de mieux informer les élèves ». Chiche ?

Alexis Marcotte