Le 13 avril dernier, le président de la République annonçait dans son allocution la réouverture progressive des écoles, des collèges et des lycées à compter du 11 mai. Le Premier ministre a précisé dans sa déclaration aux députés ce 28 avril 2020 que la décision de réouverture des lycées sera prise à la fin de mai pour un accueil des élèves à partir du début de juin.

Si le ministre de l’Éducation nationale a déjà eu l’occasion de dresser les contours de ce retour dans les salles de classe lors d’une audition à l’Assemblée nationale le 21 avril 2020, le ministre de l’Agriculture, en charge de l’enseignement agricole, est pour l’instant resté silencieux sur la question. L’ensemble des syndicats des personnels concernés ont déjà demandé à Didier Guillaume de garantir une réouverture « dans des conditions maximales de protection » dans un courrier du 22 avril 2020.

Le choix du volontariat ?

Le conseil scientifique en charge de conseiller l’exécutif à l’égard de l’épidémie de Covid-19 a publié un avis le 24 avril sur les conditions de la réouverture des établissements scolaires. Celui-ci est favorable à un retour à l’école sur la base du volontariat avec la possibilité d’une poursuite de l’enseignement à distance. Les médecins et scientifiques préconisent toute une série de mesures strictes d’hygiène et de sécurité.

À titre d’exemple : la règle de distanciation sociale d’un mètre doit être respectée entre chaque personne, y compris dans les salles de classe et le port du masque deviendrait obligatoire dans les collèges et les lycées. Pour les enseignements techniques, les travaux pratiques devront s’adapter à la distanciation sociale préconisée.

Les devoirs envoyés par courrier

Le ministère de l’Agriculture aura à se positionner sur ces recommandations. Pour l’heure, celui-ci s’efforce à maintenir la continuité pédagogique des enseignements. Depuis la fermeture des établissements le 16 mars, plus de 95 % des élèves ont suivi les cours à distance, selon une note du 22 avril de la directrice générale de l’enseignement et de la recherche. Les modalités des examens et des concours d’entrée aux écoles nationales d’agronomie et vétérinaires ont déjà été adaptées.

Pour les élèves et étudiants en situation « de déconnexion numérique », un partenariat a été mis en place le 23 avril entre le ministère de l’Agriculture et La Poste pour leur permettre de recevoir des devoirs par courrier postal. Depuis le lundi 27 avril, chaque établissement a la possibilité de se connecter à la plateforme développée par Docaposte et ainsi déposer les devoirs qui seront imprimés, mis sous plis et adressés aux familles concernées, selon un communiqué du ministère. Le retour des devoirs réalisés est ensuite pris en charge gratuitement par La Poste.

Alexis Marcotte