Les résultats des enquêtes de l’Insee ont de quoi faire sursauter, surtout en période de crise… Pourtant, la comparaison de deux enquêtes Patrimoine de l’Insee réalisées en 2010 et en 2015 met en évidence une forte augmentation du patrimoine brut moyen des agriculteurs sur cette période.

Ce patrimoine global brut comprend les biens privés (habitation, placements financiers, etc.) et professionnels (foncier, matériel, bâtiments, cheptel, stocks, etc.), avant déduction des emprunts en cours. Ce patrimoine moyen des agriculteurs s’élevait à 846 000 € en 2010 et atteignait 1 040 000 € en 2015.

Dans le même temps, la richesse du ménage français moyen a augmenté de 4 %, passant de 259 000 à 269 000€. Le patrimoine global net (emprunts déduits) des agriculteurs est passé de 725 000 € en 2010 à 920 200 € en 2015 (+27 %). La hausse n’est donc pas due à l’augmentation de l’endettement.

Deux tiers de biens professionnels

En regardant dans le détail la composition du patrimoine des agriculteurs, il s’avère que l’augmentation est due à l’accroissement des biens professionnels (+36 %) qui sont passés de 488 000 € à 664 100 €. A contrario, l’épargne financière a diminué de 24 % sur la période.

Montants bruts moyens 2010 2015 Évolution
Patrimoine total 846 000 € 1 040 000 € 23 %
Patrimoine financier 110 000 € 83 900 € -24 %
Patrimoine immobilier 227 000 € 265 300 € 17 %
Patrimoine professionnel 488 000 € 664 100 € 36 %

Appauvrissement des plus modestes

L’augmentation moyenne cache des situations contrastées. Les 10 % des agriculteurs ayant les plus petits patrimoines se sont appauvris. La valeur de leurs biens passe de 220 600 € en 2010 à 172 600 € en 2015, soit 22 % de moins. Les 10 % les plus riches voient leur patrimoine augmenter (+6 %). Le patrimoine médian aussi a diminué : si la moitié des agriculteurs avait plus de 642 000 € en 2010, la moitié a plus de 600 000 € en 2015, ce qui démontre bien un appauvrissement.

Chez les retraités agriculteurs, en moyenne, la hausse est encore plus spectaculaire : +43 % entre 2010 et 2015, le patrimoine brut moyen passant chez ses derniers de 261 000 € à 373 600 €. La progression est là encore due au doublement du patrimoine professionnel, qui est passé de 56 700 € à 103 400 € entre 2010 et 2015. La situation des retraités anciens agriculteurs les plus pauvres s’améliore aussi : leur patrimoine passe de 5 500 € en moyenne à 43 600 €.

Selon l’Insee, la collecte de l’enquête Patrimoine de 2010 a concerné 15 000 ménages, avec une représentation plus forte des agriculteurs dans l’échantillon (5 %). En 2015, 12 000 ménages ont répondu avec une représentation plus faible des agriculteurs (1 %). Les ménages sont sélectionnés aléatoirement selon un processus qui assure la représentativité de l’ensemble des catégories sociales au niveau national.

Sophie Bergot