« Nos récoltes se perdent, nous avons besoin des salariés saisonniers. » C’est sous cette bannière que les agriculteurs provençaux ont manifesté le 20 mai 2020 à 14 heures devant les préfectures et sous-préfectures de Région dans le respect des règles sanitaires. Ils n’étaient pas plus de 10 sur chacun des lieux de cette manifestation.

« En dépit des annonces gouvernementales du 7 mai dernier, la police de l’air et des frontières bloque l’entrée des saisonniers espagnols et portugais sur le territoire français », déplore Patrick Lévèque, président de la FDSEA des Bouches-du-Rhône.

« Il faut absolument que les frontières s’ouvrent »

« Les producteurs sont à cran. Certains ont dû jeter les premières cerises faute de personnel pour les cueillir. Les abricots, les pêches et les melons commencent également à entrer en production, ajoute-t-il. Il faut absolument que les frontières s’ouvrent. »

Les manifestants ont respecté les règles sanitaires, ils n’étaient pas plus de 10 sur chacun des lieux de manifestation © C. Sarrazin

Selon la FRSEA, les besoins pour la région s’élèvent à 40 000 contrats saisonniers de mai à septembre dont la moitié pour le seul département du Vaucluse. Le matin même de cette journée de revendications, le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a annoncé lors des questions au gouvernement à l’assemblée nationale que l’instruction, fixant les modalités de l’entrée des saisonniers agricoles en France, serait publiée « aujourd’hui ou demain ».

Chantal Sarrazin