Un décret du 30 janvier 2021 publié au Journal officiel le 31 janvier 2021, prolonge jusqu’au 31 mars 2021 l’aide à l’embauche d’un jeune âgé de moins de 26 ans. Ce coup de pouce de 1 000 euros par trimestre et de 4 000 euros au maximum par an, mis en place en août 2020, devait prendre fin au 31 janvier 2021.

Un salaire inférieur à 2 Smic

Pour rappel, les employeurs peuvent prétendre à cette aide de l’État s’ils respectent les conditions suivantes :

  • Le contrat de travail signé par le jeune est un CDI ou un CDD d’au moins trois mois ;
  • Le salaire du jeune doit être inférieur ou égale à 2 Smic ;
  • L’employeur doit être à jour de ses obligations déclaratives et de paiement à l’égard de l’administration fiscale et des organismes de recouvrement des cotisations et des contributions de sécurité sociale ou d’assurance chômage, ou a souscrit et respecte un plan d’apurement des cotisations et contributions restant dues ;
  • L’employeur ne bénéficie pas d’une autre aide de l’État à l’insertion, à l’accès ou au retour à l’emploi versée au titre du salarié concerné ;
  • L’employeur n’a pas procédé, depuis le 1er janvier 2020, à un licenciement pour motif économique sur le poste concerné par l’aide ;
  • Le salarié ne doit pas avoir appartenu aux effectifs de l’employeur à compter du 1er août 2020 au titre d’un contrat n’ayant pas ouvert droit au bénéfice de l’aide ;
  • Le salarié est maintenu dans les effectifs de l’employeur pendant au moins trois mois à compter du premier jour d’exécution du contrat.
Bertille Quantinet