À deux semaines des élections aux chambres d’agriculture, l’Afja a organisé le mercredi 19 décembre 2018 un débat en présence des cinq leaders syndicaux que compte le monde agricole. Étaient présents : Jérémy Decerle et Christiane Lambert pour le duo JA-FNSEA, Bernard Lannes pour la Coordination rurale (CR), Laurent Pinatel pour la Confédération paysanne et Jean Mouzat pour le Modef.

Les intervenants se sont exprimés tour à tour sur les grands sujets du moment, du rôle des chambres d’agriculture aux relations de la profession avec la société, en passant par la réforme de la Pac et la loi issue des États-généraux de l’alimentation. Morceaux choisis.

Sur les chambres d’agriculture

Jérémy Decerle (JA) : « Le rôle des chambres doit évoluer en fonction des évolutions de l’agriculture. Sur le sujet de l’installation, nous devrons nous adapter aux nouveaux profils et développer de nouveaux dispositifs permettant à chaque cédant d’être accompagné de manière personnalisée. »

Christian Lambert (FNSEA) : « Les chambres auront probablement besoin de se réorganiser, pour résonner moins en silo. Beaucoup sont organisées avec les pôles animal, végétal, de l’aménagement et de l’entreprise. Il faudra de la transversalité. L’évolution de la société l’appelle, les politiques publiques et la politique européenne aussi. »

Bernard Lannes (CR) : « Nous réclamons de la transparence et de l’accessibilité ! Quand je vois que pour aller voir le juriste de la chambre d’agriculture, il faut que je passe par un juriste de la fédé, ça me gêne. La chambre est le lieu de tous les agriculteurs. »

Jean Mouzat (Modef) : « Je souhaiterais des réunions participatives avec l’ensemble des syndicats présents sur le territoire pour que nous puissions agir sur le devenir de notre agriculture. Nous avons, au-delà de nos divergences, un travail à faire ensemble au service des agriculteurs et des consommateurs. »

Laurent Pinatel (Confédération paysanne) : « Il manque des techniciens qui soient sur le terrain et qui accompagnent. J’entends beaucoup parler de proximité. Ceux que je vois passer dans les fermes, ce sont surtout des techniciens de grandes firmes… »

Sur la Pac

Jérémy Decerle (JA) : « À quoi bon décider du budget et du calendrier si on ne sait pas où aller ? Il faut clarifier la question du statut de l’agriculteur actif. »

Laurent Pinatel (Confédération paysanne) : « Avant la question du calendrier, il faut régler celle des distorsions de la concurrence entre pays européens. En fruits et légumes, la situation est intenable pour les producteurs français par rapport à la concurrence espagnole. Nous militons pour un prix minimum d’entrée sur le territoire. »

Christian Lambert (FNSEA) : « Le pouvoir des OP (organisations de producteurs) ainsi que la clarification et la sécurisation des interprofessions fait partie des priorités. »

Bernard Lannes (CR) : « Nous sommes profondément européens, mais l’Europe que l’on veut, c’est celle des premiers traités. Pas celle de maintenant qui se détricote. Pas celle où on externalise de la main-d’œuvre dans les Peco [pays d’Europe centrale et orientale, NDLR]. »

Jean Mouzat (Modef) : « Les aides doivent aller vers la petite et moyenne agriculture qui peuple les territoires. Il faut arrêter de subventionner l’agriculture productiviste. »

Sur la loi « Agriculture et alimentation »

Bernard Lannes (CR) : « Cette “théorie du ruissellement” m’énerve, parce qu’on a l’impression que c’est le monde d’en haut, celui de l’alimentation, qui va envoyer quelques larmes au monde d’en bas, qui lui est dans la mine… »

Christian Lambert (FNSEA) : « Nous avons un nouveau code de la route. Il faut des gendarmes pour sanctionner, mais il faut surtout des ouvriers pour travailler. On sent qu’il y a des frémissements dans les négociations, à nous de pousser ! »

Jean Mouzat (Modef) : « On pourra dire que la loi marche le jour où les paysans verront une hausse de 15 à 20 % du coût de la viande qui leur permettra d’avoir un revenu. »

Laurent Pinatel (Confédération paysanne) : « Les États-généraux de l’alimentation, c’est un acte manqué très fort. Comment le rattraper ? En prévoyant que l’État puisse siéger aux interprofessions. »

Sur la transition agricole

Christian Lambert (FNSEA) : « Nous avons affaire à un président jeune et hyperpressé, qui est dans une course effrénée de séduction de l’électorat vert. Mais la transition à marche forcée, ça a mis les gilets jaunes dans la rue ! »

Jérémy Decerle (JA) : « On montre du doigt sans laisser aux agriculteurs le temps de s’adapter, de s’organiser, de se mettre en ordre de bataille. Déjà qu’on ne leur donne pas de moyens… »

Laurent Pinatel (Confédération paysanne) : « Les paysans sont les premières victimes des pesticides. Le problème est-il vraiment celui d’un calendrier trop rapide, ou bien est-ce qu’on n’aurait pas trop attendu pour se poser la question ? Ou on s’en saisit et on devient proactif, avec de vraies solutions, ou on se verra forcément imposer des calendriers qui ne conviennent pas. »

Sur « l’agribashing »

Laurent Pinatel (Confédération paysanne) : « Les excès d’une minorité, comme la ferme des mille vaches, font du mal à tout le monde. Ce sont ces fermes usines qui nous font prêter le flanc à l’agribashing. »

Christian Lambert (FNSEA) : « Face à un déchaînement de violence inacceptable, nous avons une responsabilité collective de ne pas en rajouter. Cette idée de dire qu’il y a des affreux productivistes qui polluent, c’est nul. C’est caricatural. Et le “small is beautiffull” n’est pas toujours vrai. »

Bernard Lannes (CR) : « L’agribashing est un business de marchands de peur. Il faut savoir y répondre avec humour, comme quand nous avions sorti notre slogan : “pour sauver un paysan, mange un vegan”. Mais en restant droit dans nos bottes et en rappelant à la société qu’elle est en train de tuer ceux qui la nourrissent. »

Jérémy Decerle (JA) : « Ce n’est peut-être pas la meilleure période pour s’entendre entre syndicats, mais c’est ensemble qu’on doit s’opposer à tout ça. On doit cogner sans retenue sur les Greenpeace et autres L214. Ils ne doivent plus avoir pignon sur rue. »

Alain Cardinaux