« Si nous ne faisons rien pour y remédier, il y aura de nombreux pays pauvres qui ne pourront pas rivaliser à cause des subventions importantes des pays riches », a-t-elle souligné lors d’une discussion avec le président de la Banque mondiale, David Malpass, le 15 octobre 2020 à Washington dans le cadre des réunions d’automne de l’institution.

À lire aussi : Le pacte vert et la Pac feront chuter la production agricole (30/08/2021)

540 milliards de dollars par an

Ngozi Okonjo-Iweala, la directrice générale de l’OMC, a rappelé les chiffres : le soutien aux agriculteurs a représenté au total 540 milliards de dollars par an, en moyenne, ces dernières années. Ces estimations des agences de l’ONU (FAO, PNUD et PNUE) avaient été publiées à la mi-septembre avant le Sommet mondial des systèmes alimentaires à New York.

À lire aussi : Ce que l’ONU entend changer dans les aides à l’agriculture (30/09/2021)

« Il y a des estimations (faisant état de subventions) de quelque 700 milliards de dollars qui pourraient atteindre plus de 1 000 milliards d’ici à 2030. C’est donc énorme », a souligné Ngozi Okonjo-Iweala. Et d’ajouter que c’est d’autant plus inquiétant que ces subventions sont « un obstacle à la concurrence ».

« Des distorsions de prix »

Sur les 540 milliards, environ 470 milliards de dollars, soit 87 %, génèrent « des distorsions de prix et sont dommageables pour l’environnement et socialement », avaient déjà indiqué les auteurs du rapport des agences onusiennes. Selon la directrice de l’Organisation mondiale au commerce, « la plupart des pays membres sont disposés à examiner et régler ce problème ».

David Malpass a déploré les conséquences des subventions sur la nature, le climat, la nutrition et la santé « tout en défavorisant les femmes et les petits agriculteurs du secteur ». Au début de septembre, la présidente des négociations à l’OMC sur le commerce des produits agricoles, Gloria Abraham Peralta, avait appelé les pays à conclure un accord majeur cette année.

Le 29 juillet, Gloria Abraham Peralta avait présenté un projet de texte de négociation — qui n’a pas été rendu public — visant à identifier des terrains d’entente possibles en vue d’obtenir un résultat sur l’agriculture à la douzième Conférence ministérielle de l’OMC, qui débutera à la fin de novembre à Genève.

AFP