« Il y a aujourd’hui à chaque fois, chaque année, ce même jeu de dupes qui se réitère au moment des négociations commerciales, s’agace Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture lors d’une interview accordée à La France Agricole le 12 février 2021 et dont l’intégralité sera publiée mercredi, le 17 février 2021, sur Lafranceagricole.fr. Et ce jeu de dupes, c’est quoi ? C’est que chacun se cache derrière l’autre. »

> À lire aussi : Négociations commerciales, des demandes de baisse de prix qui ne passent pas (01/02/2021)

Une guerre des prix néfaste pour tous les maillons de la filière agroalimentaire

D’un côté, la grande distribution dit : « Moi, je veux bien augmenter mon prix d’achat si et seulement si je suis sûre que l’industriel va le rétrocéder au producteur. » De l’autre, l’industriel dit : « Moi, j’ai bien voulu, et j’aimerais bien augmenter mon prix au producteur mais pour cela il faudrait que j’aie la grande distribution qui accepte d’augmenter son prix. »

Il faut sortir de cette guerre des prix qui est destructrice de valeur.Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. © C. Faimali/GFA

Pour Julien Denormandie, ces comportements sont néfastes à l’ensemble de la chaîne alimentaire qui est faite de maillons interdépendants. « Si tout le monde continue à faire ce jeu de dupes, c’est l’ensemble de la filière, de l’amont à l’aval, qui est en train de se dégrader, qui est en train de perdre ses capacités d’investissement », met en garde le ministre, appelant à « sortir de cette guerre des prix qui est destructrice de valeur ».

Passer à la transparence des marges

« Il faut recréer de la valeur en disant :

“On a une agriculture de qualité et cette qualité il faut la renforcer, et il faut la rémunérer à sa juste valeur” », insiste Julien Denormandie. Le ministre invite l’ensemble de la chaîne alimentaire à « notamment passer d’une guerre des prix à une transparence des marges ». Un projet qu’il porte avec Serge Papin, l’ancien patron de Système U, mandaté par le gouvernement pour « renouer avec l’esprit et les conclusions des États-généraux de l’alimentation ».

> À lire aussi : Négociations commerciales, Serge Papin veut des accords pluriannuels (21/12/2020)

Marie-Astrid Batut