Sous l’égide du gouvernement, les discussions sur la lutte contre les dégâts de grand gibier se poursuivent entre la FNC (Fédération nationale de la chasse) et l’ensemble des représentants du monde agricole (FNSEA, Coordination rurale, Confédération paysanne et APCA).

La mission de ce groupe de travail : élaborer « une boîte à outils » souple, à disposition des territoires, pour limiter les dommages, mais aussi réfléchir, selon le souhait des chasseurs, au financement de cette politique.

> À lire aussi : À quand la solution pour les dégâts de grand gibier ? (19/11/2020)

Réduire les populations de « 20 à 30 % en 3 ans »

À la suite d’un rendez-vous le 21 janvier 2021 avec la secrétaire d’État à la Biodiversité, Bérengère Abba, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a évoqué un objectif chiffré de réduction du nombre de sangliers de « 20 à 30 % en trois ans pour réduire les dégâts et indemnisations de cultures et prairies » sur son compte twitter.

Aurore Cœuru