Ce soutien financier avait été évoqué jeudi soir lors d’un événement de campagne dans l’État rural du Wisconsin par le locataire de la Maison Blanche, qui cherche à amadouer les agriculteurs. Au cœur de son électorat, ceux-ci étaient déjà fortement affectés par la guerre commerciale sino-américaine quand la crise sanitaire a déréglé le secteur.

Une deuxième enveloppe

Un vaste plan de soutien à l’agriculture de 19 milliards de dollars avait déjà été présenté en avril, avec 16 milliards de dollars de versements directs aux exploitants agricoles et 3 milliards destinés à acheter des produits laitiers, de la viande et des fruits et légumes aux producteurs ne sachant plus comment écouler leurs marchandises.

Le ministère de l’Agriculture a précisé vendredi être encore en train de traiter des dossiers liés à cette première enveloppe qui n’a pas encore été entièrement dépensée. « Les communautés agricoles américaines sont résilientes, mais font toujours face à de nombreux défis en raison de la pandémie du Covid-19 », a souligné dans un communiqué le ministre Sonny Perdue.

Des syndicats satisfaits

« Le président Trump démontre une fois de plus son engagement à garantir que les agriculteurs et les éleveurs américains restent en activité pour produire la nourriture, le carburant et les fibres dont l’Amérique a besoin pour prospérer », a-t-il ajouté. Ce soutien supplémentaire a été salué par les deux principaux syndicats agricoles.

« Nous ne savons pas quand cette pandémie prendra fin et on ressent toujours les effets des déséquilibres commerciaux et des intempéries, a rappelé le président du Farm bureau, Zippy Duval. « Cette bouée de sauvetage va permettre aux agriculteurs et aux éleveurs de rester à flot. »

« Les marchés […] n’ont pas encore rattrapé leur retard »

« Les marchés ont mis du temps à se redresser, les prix restent bas et les sites de transformation n’ont pas encore complètement rattrapé leurs retards », a aussi observé le président du National Farmers Union, Rob Larew. « Alors que ces défis persistent, les agriculteurs auront certainement besoin d’aide pour rester solvables », a-t-il ajouté.

Mais la distribution doit être « juste et équitable », a-t-il ajouté. Car la première tranche de versements de l’aide « a non seulement favorisé les grandes exploitations par rapport aux plus petites, mais a aussi distribué des millions de dollars à des exploitations étrangères tout en excluant totalement certains agriculteurs ».

Une aide plus large

De plus, souligne Zippy Duval, l’aide était limitée aux pertes subies avant le 15 avril 2020 alors que certains agriculteurs peinent encore à se remettre du choc initial. La nouvelle enveloppe sera ouverte à davantage de catégories d’agriculteurs. Toujours pour répondre à ces critiques, le ministère de l’Agriculture a précisé qu’il y aurait :

  • Une limite de 250 000 dollars par personne ou entité ;
  • Les bénéficiaires devront prouver que leur revenu est inférieur à 900 000 dollars, sauf si 75 % ou plus de ce revenu sont tirés de l’agriculture.

Washington a été particulièrement généreux avec le secteur cette année. Avant même l’annonce de cette nouvelle enveloppe, le ministère de l’Agriculture avait estimé que les aides versées directement aux fermiers allaient atteindre 37,2 milliards de dollars en 2020, soit 14,7 milliards, ou 66 %, de plus qu’en 2019. Cela devait permettre aux exploitations agricoles de voir leurs revenus augmenter de 23 % sur l’année, à 102,7 milliards de dollars.

AFP