Un décret du 2 novembre, paru au Journal officiel le 3 novembre 2020, étend les mesures de soutien destinées aux cafés, hôtels et restaurants à certains de leurs fournisseurs. « Les entreprises et coopératives alimentaires, fournisseurs des marchés de la restauration hors domicile (RHD), vont enfin pouvoir bénéficier des mesures de soutien », se félicitent l’Association nationale des industries agroalimentaires (Ania), la Coopération agricole et la FNSEA, dans un communiqué de presse commun, en date du 5 novembre 2020.

À lire aussi : Reconfinement, quelles spécificités pour l’agriculture ? (03/11/2020)

Des mesures indispensables qui arrivent tardivement

Les aides concernent notamment l’exonération des charges sociales et patronales, l’accès au fonds de solidarité et la prise en charge du chômage partiel… Les trois organismes saluent une annonce « qui sonne comme une délivrance pour ces fournisseurs après avoir été oubliés dans les premières mesures de soutien annoncées en mars. Ces mesures, applicables à partir d’octobre sont indispensables pour maintenir à flot les fournisseurs de la RHD ». Avant de tempérer « mais elles arrivent malheureusement très tard et ne seront pas suffisantes pour pérenniser cette filière ».

Le décret précise que sont éligibles aux aides les entreprises de « fabrication de produits alimentaires lorsqu’au moins 50 % du chiffre d’affaires est réalisé avec une ou des entreprises du secteur de la restauration ». Il vient ajouter aussi à la liste des activités éligibles « l’élevage de pintades, de canards et d’autres oiseaux (hors volaille) lorsqu’au moins 50 % du chiffre d’affaires est réalisé avec une ou des entreprises du secteur de la restauration ». Une décision « à saluer même si une évaluation pour celles non prises en compte est nécessaire », reconnaît le communiqué.

À lire aussi : 3 millions d’euros pour les éleveurs de volailles de chair en difficulté (05/11/2020)

Bertille Quantinet