« C’est impressionnant l’impact que [le coronavirus Covid-19, NDLR] peut avoir sur l’inconscient humain », constate Michel Devillairs, agriculteur à They-en-Sorans, dans la Haute-Saône et associé d’un Gaec très diversifié. L’exploitation compte 130 montbéliardes sur 198 ha, le tout en agriculture biologique. Elle transforme et vend en direct de la farine, de la viande (bœuf, veau, porc, poulet), des...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
25%

Vous avez parcouru 25% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !