Le bilan et l’évolution des marchés bio en 2020 et au début de 2021 en grandes surfaces alimentaires et magasins spécialisés ont été présentés à l’occasion des B.i.O.N’Days 2021. Premier constat : les habitudes de consommation varient fortement entre grandes et moyennes surfaces (GMS) et magasins spécialisés.

Croissance tassée en grandes surfaces

Entre 2020 et le début de 2021, « on note l’essoufflement de la dynamique de la vente du bio en grandes surfaces alimentaires (GSA) », souligne Nadège Peteuil, consultante pour IRI, société d’analyse de données. Le chiffre d’affaires du rayon bio en GSA est aujourd’hui équivalent à celui du rayon des surgelés ou de l’entretien. Toutefois, « la vente du bio en e-commerce a explosé », nuance l’experte, notamment avec la crise sanitaire.

L’experte note également une attirance des consommateurs vis-à-vis des marques bio spécialisées plutôt que les autres marques. De même, les très grands groupes pâtissent davantage que les petites et moyennes entreprises du comportement d’achat des consommateurs.

Un panier moyen en hausse dans les magasins spécialisés

Avec 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020, les magasins spécialisés présentent une fréquentation stable. Cependant, 22 % des consommateurs de ce type d’enseignes ont augmenté leurs achats en produits bio. Les fruits et légumes représentent toujours la catégorie d’achats la plus importante en magasin spécialisé, alors qu’elle ne représente que 13 % en GMS.

La crise sanitaire aura permis à ces magasins de proximité, restés ouverts pendant les confinement, d’augmenter le panier moyen des consommateurs. Si celui-ci était de 30 € avant le covid, il serait depuis le début 2021 autour de 40 €.

Cependant, 60 % des acheteurs en magasins spécialisés ne réalisent pas tous leurs achats dans ceux-ci pour des raisons budgétaires.

Alessandra Gambarini