Les marchés alimentaires de plein vent ou les halles resteront ouverts, a tenu à rappeler à nouveau le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, dans un communiqué paru le jeudi 19 mars 2020. Ils sont « tout aussi importants pour les consommateurs que les magasins, notamment pour la fourniture de produits frais ».

Respecter les règles de protection

Le ministère rappelle néanmoins la nécessité de respecter les distances de protection et les gestes-barrières.

Le lendemain vendredi 20 mars, Didier Guillaume a apporté des précisions au micro de Radio Classique : « Par contre, on laissera ouverts les marchés s’il y a le respect des consignes. Au vu des images que l’on a vues dans certains marchés à Paris, on sera obligé de les fermer. Peut-être qu’il faudra en fermer certains… La consigne qui a été passée par le ministre de l’Intérieur auprès des préfets de tous les départements de France, en accord avec Bruno le Maire et moi-même, c’est de laisser ouverts ces marchés pour qu’on puisse s’alimenter en produits frais. Il faut respecter les choses. Si nos concitoyens ne respectent pas les limites d’un mètre entre eux ou ne respectent pas les barrières sanitaires, alors il faudra fermer les marchés. »

Un scénario que le ministre ne souhaite pas, craignant « un vrai problème économique » et « s’inquiétant pour l’alimentation des concitoyens et notamment les personnes âgées qui n’ont pas la possibilité d’aller en grandes surfaces ».

> À lire aussi : Rassemblements : les marchés alimentaires menacés de fermeture (18/03/2020)

Alessndra Gambarini