La période met les producteurs au défi de trouver de nouveaux débouchés. Avec la suspension d’activité de la restauration collective, des restaurants, ainsi que de la plupart des marchés alimentaires, nombreux sont ceux en quête de circuits alternatifs pour poursuivre leur vente.

> À lire aussi : Vente directe, « j’ai failli abandonner tous mes abattages » (26/03/2020)

Face à eux, de nouveaux acteurs émergent, parmi lesquels, la plateforme Manger Français, opérationnelle depuis le 23 mars 2020. L’entreprise propose à chaque producteur de créer sa boutique en ligne dans les quelques heures qui suit son appel. Seule condition : tous les produits doivent être français.

Le site a bénéficié de 650 consultations le jour de son lancement. (capture écran)

Des livraisons facilitées

« La prise en charge est totale, explique son fondateur, André Belliot à la tête d’une équipe d’experts en marketing digital. De la conception au lancement de la boutique, nous assurons aussi la communication sur les réseaux sociaux notamment. »

À lire aussi : Produits frais, maintenir le lien entre producteurs et consommateurs (27/03/20)

La plateforme digitale met à la disposition des consommateurs une carte de France géolocalisant les producteurs et leurs produits à disposition. Ces derniers sont à retirer à la ferme ou livrés par le producteur.

Dans le contexte actuel de restriction des déplacements, Manger Français facilite l’organisation de tournées de livraison par canton : « Nous aidons les producteurs à s’organiser entre eux et ça se passe très bien. »

À la demande des éleveurs

Le client paye directement le producteur. Manger Français s’octroie 7 % du chiffre d’affaires et un forfait de 49 euros par mois. La plateforme a nécessité trois ans de travail, sa mise en place a été accélérée à la demande d’éleveurs en quête d’une solution pour écouler leur production autrement.

À lire aussi : Circuits courts, une carte qui met en lien les producteurs et les consommateurs (30/03/2020)

Rosanne Aries