En 2020, les exportations agricoles et agroalimentaires ont diminué de 3,4 % par rapport à 2019, selon une présentation de FranceAgriMer le 17 mai 2021. Elles représentent 68,1 milliards d’euros.

Sur la même période, les exportations du secteur aéronautique (qui est le premier poste d’excédent commercial français : 16,5 milliards d’euros) ont chuté de 46 %, principalement à cause de la crise sanitaire de la Covid-19.

Baisse des exportations de vins et produits de la mer

La diminution des exportations françaises est en grande partie due à la forte baisse observée (–15 %) au moment du premier confinement, en avril et mai 2020. On observe une relative stabilité sur les autres mois de l’année. Ce ralentissement a été plus marqué en France que dans les autres pays de l’Union européenne ou qu’à l’échelle mondiale, note Philippe Paquotte, chef de service à FranceAgriMer.

Les principaux secteurs touchés par cette baisse sont les vins et spiritueux (–13 % par rapport à 2019) et la pêche et l’aquaculture (–11 %). Les exportations de 2020 d’oléagineux et de sucre sont en légère hausse. La France reste cependant le neuvième exportateur mondial en ce qui concerne les produits bruts, place qu’elle occupe depuis 2018, et le quatrième exportateur mondial de produits transformés.

Plus forte chute des exportations avec les pays tiers

En 2020, nos exportations avec les pays tiers, qui représentent 46 % du total des exportations françaises, se sont réduites de 4,6 % alors que celles au sein de l’Union européenne à 27 ont baissé de seulement 2,3 %.

Les exportations avec les États-Unis, et celles avec le Japon ont respectivement baissé de 13 % et 9 % à cause de la baisse des exportations de vins. Les exportations vers l’Algérie ont baissé de 7 % à cause de la baisse des exportations d’animaux vivants et de céréales. En revanche, un accroissement des ventes de blé, d’orge et de porcs a été enregistré avec la Chine, entraînant une hausse des exportations françaises de 20 %.

Balance commerciale toujours excédentaire

La balance commerciale de la France reste « largement excédentaire » en 2020, à 6,1 milliards d’euros, mais en baisse de 21 %. Les marchés des pays tiers sont excédentaires de 9,8 milliards d’euros (–10 %) alors que les marchés Union européenne à 27 sont déficitaires (importations supérieures aux exportations) à 3,7 milliards d’euros, (+17 % par rapport à 2019).

« La compétitivité des filières françaises est liée à l’innovation, à la logistique, au coût du travail et à l’accompagnement des pouvoirs publics auprès des entreprises », a conclu Jean-François Loiseau, président de la commission internationale de FranceAgriMer, également président de la coopérative Axéréal. Il a indiqué qu’un travail était en cours sur le sujet de la compétitivité des filières françaises et que la CIT doit rendre un rapport au ministre de l’Agriculture en juin.

Marie Salset