Quatre mois après le renouvellement de son bureau, l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) a présenté son projet stratégique 2019-2024 ce 24 juillet. Accompagner les transitions économiques sociétales et environnementales, la création de valeur dans les territoires et la restauration du dialogue avec la société sont les trois axes choisis pour mener les actions du réseau.

Un audit proposé à tous d’ici à la fin de 2023

Pour y arriver, les chambres d’agriculture veulent proposer à chaque agriculteur un conseil stratégique sur la base d’un audit individuel d’ici à la fin de 2023. « L’objectif est de faire prendre du recul à l’agriculteur sur sa situation, l’accompagner dans la transition en lui montrant pas à pas les changements qui sont à réaliser », a détaillé Sébastien Windsor, premier vice-président de l’APCA. Les chambres comptent également « rencontrer les 160 000 agriculteurs susceptibles de transmettre leur exploitation d’ici à 2026, pour préparer l’installation d’un nouvel agriculteur ». Elles n’oublient pas non plus « les agriculteurs bio ». L’APCA s’est fixé pour objectif d’accompagner 50 % d’entre eux « avant, pendant et après leur conversion ».

Nouvelles missions

Deux nouvelles missions apparaissent également dans les lignes du projet : le conseil en matière d’agriculture urbaine et la communication. Ce dernier volet du plan ne signifie pas que ce soient les chambres qui communiquent elles-mêmes auprès du grand public. « Il s’agira d’animer les agriculteurs pour que ce soit eux les communicants », a précisé Sébastien Windsor.

La baisse de budget pourrait tout remettre en cause

Aussitôt définies, toutes ces actions pourraient pourtant ne jamais voir le jour. Le projet de gouvernement de diminuer les financements des chambres pourrait les obliger à revoir son projet stratégique établi à « budget constant ». L’APCA a déjà prévenu que ces différentes actions ne pourraient pas être mises en place avec une baisse de 15 % de leurs recettes fiscales. « Si on doit mettre notre énergie dans la restructuration de nos services, on ne pourra pas les mettre dans des missions nouvelles », a conclu Sébastien Windsor. L’APCA a confirmé qu’un rendez-vous allait être fixé avec le Premier ministre sur le sujet.

Alexis Marcotte