« Le prix du gasoil non routier (GNR) a augmenté de 30 % en un an, atteignant 1 € TTC/l la semaine dernière, estime la FNEDT. Cette hausse laisse entrevoir un nouveau choc pétrolier sur le monde agricole et les entrepreneurs de travaux si le cours du pétrole, passé de 55 dollars à 80 dollars le baril, se maintient à un tel niveau. »

14 % des charges des entreprises

« Le poste carburant, qui représente 14 % des charges de l’entreprise de travaux agricoles française, flambe au moment où la saison des travaux agricoles bat son plein », souligne Gérard Napias, le président de FNEDT, qui redoute « une déprise agricole sur les terres à faible potentiel et donc un arrêt de l’activité agricole ».

Gérard Napias craint également des difficultés pour les entreprises « à répercuter la hausse du coût du carburant dans le prix de vente de la prestation aux agriculteurs, eux-mêmes confrontés à des prix agricoles bas, des charges courantes élevées et une baisse probable des soutiens publics ».

De surcroît, « alors que le recours aux produits phytosanitaires doit être diminué, les passages d’engins mécaniques vont se multiplier, entraînant donc une consommation supplémentaire de carburant », prévient-il.

Après avoir dépassé les 80 dollars il y a une semaine, le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juillet, a oscillé lundi autour de 75 dollars.

AFP