En réponse à la surpopulation de sangliers et l’importance de leurs dégâts, sa chasse est prolongée d’un mois par un décret du 29 décembre 2019. La fermeture est reportée du dernier jour de février au 31 mars 2020. Très attendue, cette mesure pourra s’appliquer dès le mois de mars 2020.

La mesure est soutenue par le monde de la chasse

Selon nos informations, les préfets ont été sensibilisés à la sortie de ce texte par le ministère de la Transition écologique et l’ont anticipé. Beaucoup ont déjà lancé la concertation avec les chasseurs et les agriculteurs pour s’adapter aux particularités locales. Les consultations publiques vont être ouvertes pour que les arrêtés préfectoraux sortent à la fin de février. Cela permettra la chasse sur tout ou partie du mois de mars selon les pratiques locales.

« C’est une bonne nouvelle, ce texte était en gestation depuis longtemps, confie Jean-Michel Dapvril, directeur délégué aux affaires juridiques de la Fédération nationale des chasseurs (FNC). Le monde cynégétique soutient cette mesure qui part d’un constat de surpopulation des sangliers ».

« Une mesure nécessaire mais insuffisante »

« La prolongation de la période de la chasse aux sangliers d’un mois est une mesure nécessaire pour la régulation de l’espèce mais insuffisante », énonce Thierry Chalmin, président de la commission de la faune sauvage et des dégâts de gibier de la FNSEA. Selon lui, des mesures complémentaires doivent y être associées : arrêt des consignes de tir, possibilité d’être exonéré des plans de chasse, le piégeage…

Le syndicaliste précise que le dialogue, entamé à l’automne dernier, entre la FNSEA et la FNC, se poursuit avec l’objectif d’aboutir à la mise en œuvre de « ces mesures complémentaires et la redéfinition des conditions d’indemnisation des dégâts de grand gibier. Les Français doivent se rendre à l’évidence de cette surpopulation. Par exemple, les collisions routières sont en hausse. Il est important de mettre en œuvre des moyens pour revenir à une population normale de sangliers », confie Thierry Chalmin.

Aurore Coeuru et Suzie Terrier