Le mercredi 20 novembre 2019 à Ploërmel, les présidents des quatre chambres départementales et celui de la chambre régionale ont rencontré les partenaires sociaux pour leur présenter le projet stratégique des chambres. L’organisme connaît des difficultés financières, avec un déficit de 1,7 million d’euros pour 2019. Ce projet sera débattu demain, le 22 novembre, dans chaque département et le 29 novembre lors de la session régionale.

Concrètement, le projet propose la fermeture des quatre centres de formation affecés à la formation qualifiante, en 2020. La formation continue n’est pas concernée. Certaines prestations déficitaires notamment l’ingénierie autour des bâtiments d’élevage (permis de construire, ICPE) vont être arrêtées. Le service de la communication devrait également connaître une réduction d’effectifs notamment pour les événements extérieurs (salons départementaux…).

Retrouver un équilibre financier

« Notre chambre d’agriculture vit au-dessus de ses moyens. Il est nécessaire de faire des économies et de retrouver des équilibres financiers », explique André Sergent, président de la chambre régionale. Entre 2016 et 2018, la chambre régionale a perdu 8,5 millions de ressources fiscales de l’État, alors qu’elles représentent 40 % du budget de la chambre qui s’élève à 65 millions d’euros par an.

Sur le plan social, ce plan pourrait se traduire par « un potentiel de licenciement de 62 personnes » (sur un total de 629 salariés), mais le président évoque la possibilité « d’une quarantaine de reclassements » compte tenu des départs en retraite, retraite anticipée, rupture conventionnelle…

Les salariés avaient fait part de leurs inquiétudes le 11 octobre dernier en organisant une grève. « Ces mesures difficiles, mais nécessaires, devraient permettre de redonner une base solide à nos structures pour qu’elles puissent accompagner le projet politique et stratégique de notre mandature », conclut André Sergent, qui compte bien pouvoir présenter un budget positif en 2021.

Isabelle Lejas