Le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) risque de réduire le budget de la politique agricole commune de 3 milliards d’euros nets par an. Plus largement, son impact sur le budget de l’UE atteindrait les 10 milliards d’euros nets par an, d’après une étude réalisée par le think-tank Notre Europe-Institut Jacques Delors pour le Parlement européen.

Le risque d’une diminution plus importante

Avant même la fin des négociations, les auteurs du rapport affirment que le départ du Royaume-Uni aura de « lourdes conséquences » sur ses finances de l’UE. Et s’ils qualifient de « modérées » celles estimées pour la Pac, « il semble probable qu’une pression puisse être exercée pour une réduction plus importante encore » du budget agricole, à la faveur notamment d’autres programmes de l’UE.

Une réforme en profondeur nécessaire

Et quel que soit le choix opéré par Bruxelles pour y parer, les auteurs soulignent que l’impact du Brexit est surtout l’occasion de réformer en profondeur la Pac, en vue de réduire ses dépenses, et de la rendre plus efficace et durable. Cependant, une révision majeure semble improbable avant 2022 ou 2023, pour une mise en œuvre pas avant 2024 ou 2025.

Rosanne Aries