Verdir le gaz pour en faire une énergie d’avenir, c’est devenu le leitmotiv de GRDF. Lors de sa conférence de presse annuelle, qui s’est tenue ce 22 mars 2018, le principal distributeur de gaz en France, s’est montré très optimiste sur le développement de l’injection du biométhane. Édouard Sauvage, son directeur général, a confirmé l’accélération du nombre de projets, en particulier dans le secteur agricole. « Aujourd’hui, la France compte 48 sites d’injection dont 41 exploités par GRDF. Le nombre de projets double chaque année, se félicite-t-il. Nous avons 8 Twh de capacité maximale d’injection réservée, ce qui correspond à 361 projets. »

Édouard Sauvage, Directeur général de GRDF. © C. Le Gall/GFA

Identifier le potentiel d’installation en amont

La loi sur la transition énergétique prévoit 10 % de gaz renouvelable en 2030 mais « compte tenu du dynamisme de la filière et du potentiel dans le secteur agricole, nous plaidons pour une révision de cet objectif à la hausse, insiste-t-il. Notre objectif est d’atteindre 30 %  de renouvelable en 2030. »

Concernant le volet plus spécifiquement agricole de l’injection de biométhane, GRDF compte s’appuyer sur son récent partenariat avec les chambres d’agriculture pour identifier le potentiel d’installation en amont.

« Ce travail de repérage des projets va nous aider à anticiper les raccordements et à les mutualiser », précise Édouard Sauvage. À l’heure actuelle, GRDF estime qu’il y a en moyenne 10 agriculteurs autour de chaque projet de méthanisation avec injection.

Corinne Le Gall