Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Transmettre en partageant les terres

réservé aux abonnés

 - -->
Trois des quatre repreneurs, Jérémie Vandermosten, Valentin Wentz et Luigi Mathieu, en compagnie de leur cédant, Patrick Emery (de gauche à droite). © F. Ehrhard

Terre de liens a accompagné la transmission d’une ferme et permis de consolider quatre installations.

« À Galinagues, il n’y a que quarante habitants. Installer ou conforter quatre agriculteurs, dont deux jeunes couples avec des enfants, c’est important », affirme le maire, Patrick Emery. Cet éleveur de vaches allaitantes a pris sa retraite à la fin de 2019 et a transmis sa ferme.

« Je travaillais avec Patrick à mi-temps et je comptais prendre la suite avec un associé. Mais celui-ci m’a fait faux bond », raconte Luigi Mathieu.

Dans le même temps, Valentin Wentz et Catherine Ancel, installés récemment dans la commune après avoir fait leurs premiers pas dans un espace-test, recherchaient des terres pour leur élevage respectif. Quant à Jérémie Vandermosten, il voulait développer le maraîchage mais n’avait pas de terres adaptées.

Plutôt que de céder la ferme de Patrick à un repreneur extérieur, la Safer a privilégié les agriculteurs locaux. Pour faciliter la transmission, ceux-ci ont fait appel à Terre de liens, qui possédait déjà l’exploitation où étaient installés Valentin et Catherine. « Nous avons revu la répartition des terres des deux fermes, afin que chacun ait un lot cohérent », explique Jérémie, également administrateur régional de Terre de liens.

Échanges de parcelles

Pour 625 000 €, la foncière Terre de liens a racheté à Patrick 85 ha de terres, deux bâtiments d’élevage et une maison, puis a fait des baux ruraux environnementaux à chacun des quatre repreneurs.

« En passant de 32 à 40 ha, j’aurai de quoi élever 15 Brunes. Je vais les installer dans un des bâtiments, avec la salle de traite et la fromagerie à côté », explique Valentin. Il a déjà développé une clientèle en vente directe avec sa compagne Luz Leboulanger, qui va s’installer en Gaec avec lui.

Jérémie, de son côté, ne s’agrandit pas mais récupère des parcelles adaptées au maraîchage : « Mon objectif est de doubler mes volumes et de construire une légumerie. » Catherine dispose désormais de 5 ha de parcours boisés en plus pour ses chèvres.

Et Luigi s’est installé en reprenant le deuxième bâtiment et 62 ha. « J’ai aussi racheté 45 Gasconnes à Patrick. Je vais vendre des broutards, puis développer la vente directe de viande. » Pour compléter son revenu, il produira des carottes et des lentilles.

« Au village, nous allons avoir un approvisionnement diversifié », se réjouit Patrick. Désormais à la retraite, il apprécie de transmettre son expérience lorsqu’on le lui demande.

Frédérique Ehrhard

Changer de modèle

Dans l’Aude, Terre de liens a déjà acheté cinq fermes, louées à des agriculteurs prêts à produire en bio. Des exploitants sans repreneur contactent ce réseau, car la transmission devient difficile dès que le capital accumulé est important.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !