La section de la CFDT consacrée aux salariés agricoles demande à se souvenir de l’engagement des salariés agricoles durant la crise sanitaire du Covid-19. « Les salariés agricoles ont continué d’assurer leur travail, avec détermination, parfois sans les protections nécessaires. Si le travail aux champs a souvent permis la distanciation, de nombreuses activités ont présenté un risque, notamment les activités de conditionnement », détaille Franck Tivierge, secrétaire national de la FGA-CFDT (Syndicat des métiers de l’agroalimentaire et de l’agriculture). Son syndicat faisait partie des signataires du protocole sanitaire établi avec la FNSEA début mai 2020.

Il rappelle que l’agriculture, c’est certes 436 000 exploitations agricoles, mais c’est aussi 1,2 million de salariés agricoles permanents ou saisonniers. « Pourtant on parle peu du salarié viticole, horticole, en élevage ou en polyculture, en maraîchage, fruits et légumes, jusqu’aux bergers, mais pour les quelque 300 000 salariés permanents et 900 000 contrats saisonniers, pas de trêve ! Pas de reconnaissance non plus ! Pas de mise en lumière ! Ce sont des travailleurs de l’ombre », poursuit-il dans un communiqué en appelant à une valorisation salariale récompensant leur investissement.

> À lire aussi : Patrons et salariés agricoles signent un protocole sanitaire (12/05/2020)

Grille des salaires

Les partenaires sociaux ont repris fin mai leurs discussions en vue de la signature d’une convention collective nationale agricole. La plupart des conventions collectives agricoles actuelles sont restreintes à un département ou une région. Dans la négociation, la FGA-CFDT pousse vers un élargissement de la grille salariale de base qui serait un élément d’attractivité du secteur.

« Les salaires et les classifications pratiqués devront être à la hauteur des compétences demandées et exigées, ainsi que l’organisation du travail et les conditions de son exécution. La structure de l’emploi devra évoluer vers un équilibre beaucoup plus favorable à l’emploi permanent », explique Franck Tivierge. « Les projets avancés par beaucoup parlent bien peu du salariat agricole dans le modèle à réinventer ou les secteurs à sauvegarder suite à la crise sanitaire », déplore-t-il le 11 juin 2020.

La FGA-CFDT est arrivée en tête des syndicats de salariés agricoles aux élections professionnelles à la MSA en janvier 2020.

> À lire aussi : Une participation en baisse qui n’inquiète pas la MSA (07/02/2020)

Éric Young