Depuis ce matin, le 29 août 2017, la Confédération paysanne retenait le P.-D.G. de l’Agence de services et de paiement (ASP) à Limoges. Le syndicat occupait les locaux de l’ASP depuis hier pour protester contre les retards de paiement d’aides Pac. « Le P.-D.G. de l’ASP, Stéphane Le Moing, est retenu contre son gré depuis ce matin » avec notamment le secrétaire général de l’Agence, indiquait le syndicat ce matin dans un communiqué.

Une occupation condamnée par le ministre

En guise de réponse, le ministre de l’Agriculture a condamné l’action menée par la Confédération paysanne « à l’encontre des responsables de l’ASP, dans un communiqué diffusé au début de l’après-midi. Et il dénonce la pression psychologique induite sur les personnels de l’Agence. Le ministre souligne que cette action pénalise l’ensemble des agriculteurs, les agents de l’ASP étant mobilisés pour le versement des aides européennes. »

« Il a été proposé aux militants de la Confédération paysanne un entretien au niveau national, sous condition d’un retour préalable à la normale dans les locaux de l’ASP, permettant aux agents et aux cadres de travailler sereinement, complète le ministère. Cette proposition a été refusée. Pour autant, l’occupation des locaux doit cesser. » Les forces de l’ordre ont expulsé les manifestants au début de l’après-midi.

Autoroutes gratuites

Selon le syndicat, le mouvement « se poursuivra en s’amplifiant jusqu’à ce que nos revendications soient entendues par le ministre [de l’Agriculture] Stéphane Travert ». Des actions ont lieu un peu partout en France. Et notamment des opérations « péage gratuit » à Vienne, dans la Région Rhône-Alpes, ou encore dans le Grand Est.

La Confédération paysanne promet de « porter la parole des paysannes et des paysans aux États-généraux de l’alimentation et lors des salons professionnels (Cuma, Tech-Ovin, Innov-Agri et Space) ».

Avec l’AFP