Dans un communiqué de presse, la Fnab relate l’annonce de Stéphane Le Foll de débloquer d’ici le 31 mars 2017, 343 millions d’euros pour « régler 80 % des sommes dues au titre des aides bio et des MAEC (mesures agroenvironnementales) pour l’exercice 2016 ». Elle se satisfait aussi de la prise en charge des « intérêts sur les prêts contractés par les paysans bio pour faire face aux retards par le Fac. »

Des craintes pour l’avenir

Mais la fédération souligne que « les soldes 2015 des aides ne sont toujours pas réglés, que leur versement n’est pas prévu avant le deuxième semestre 2017, et que le soutien à l’agriculture bio est aujourd’hui menacé. Les enveloppes 2015-2020 prévues par les régions pour les aides à la bio sont en effet largement insuffisantes et les récentes déclarations du président de la Commission de l’agriculture des Régions de France, Jean-Pierre Raynaud, font craindre leur suppression pure et simple. »

La Fnab assure qu’elle reste donc « mobilisée pour le versement total des aides 2015 et 2016 et pour que l’État et les régions s’engagent à aider dans les années à venir tous les agriculteurs qui se convertissent à la bio, mais aussi tous ceux qui sont déjà certifiés, pour les services environnementaux qu’ils rendent à la collectivité. Une délégation régionale de la FNAB a remis 300 lettres d’agriculteurs réclamant le paiement des aides aux élus de la région Grand Est. » Et annonce une nouvelle manifestation demain à Nantes.