Si Maître Corinne Lepage nous avait bien confirmé avoir été « saisie par des agriculteurs qui veulent agir pour récupérer ce qui leur est dû », les rendez-vous (une rencontre au cabinet et un rendez-vous téléphonique) n’ont pas débouché sur une convention (lire l’article publié dans La France Agricole).

« À ce jour, mon Cabinet n’est saisi d’aucun dossier et n’a lancé aucune action en justice pour quiconque dans cette affaire, clarifie Me Lepage. Mon Cabinet ou moi-même ne participons davantage à aucune collecte ou levée de fonds en la matière et ne saurions par conséquent y être associés en aucune manière. »

Yves-Louis Boumier, président de la ligue pour l’agrobiodiversité qui est à l’initiative de cette action, reconnaît « avoir été un peu hâtif dans l’expression du partenariat avec le cabinet Huglo-Lepage ». Depuis le premier contact par mail avec le cabinet Lepage, le 10 juin, qui avait reçu un accueil plutôt favorable, « nous n’avons toujours pas obtenu pour l’instant une offre ferme de service de leur cabinet ». Pour lever toute ambiguité, la ligue pour l’agrobiodiversité a donc retiré toute référence au cabinet Lepage sur son site web www.ligueab.org.

Concernant la cotisation exigée par le collectif, Yves-Louis Boumier précise que les fonds serviront exclusivement à cette opération, comme cela est détaillé sur le site (frais de communication, d’administration, assurance…). D’autre part, les agriculteurs en redressement judiciaire ou ayant mis la clé sous la porte à cause des dysfonctionnement de paiement peuvent adhérer gratuitement.

B. Lafeuille