Ce pourcentage, initialement arrêté à 6,62 %, est fixé à 5,88 % dans l’arrêté signé le 9 février 2017. Le ratio de référence est calculé à partir des données de l’année 2012. S’il se dégrade de plus de 5 %, aucune conversion de prairie permanente n’est autorisée pour la campagne en cours et les agriculteurs qui exploitent des prairies permanentes converties durant les deux dernières campagnes devront en réimplanter une partie. C’est le cas des Hauts-de-France.