En réaction aux inquiétudes liées à la hausse du prix du carburant, le gouvernement a dégainé une « indemnité inflation » pour donner un coup de pouce aux ménages français.

Il s’agit d’une aide de cent euros versée en une seule fois pour chaque français gagnant moins de 2 000 euros nets par mois. Si deux membres d’une même famille gagnent chacun moins que cette somme, ils toucheront chacun cent euros. Au total, 38 millions de Français seront concernés pour un coût de 3,8 milliards d’euros.

Il n’y aura pas besoin de justifier de posséder une voiture car cette indemnité a aussi pour objectif de compenser la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires. Elle sera défiscalisée et sans charges sociales.

La MSA est en train d’arbitrer les modalités

Invité du JT de TF1 le 21 octobre 2021, le Premier ministre a précisé que pour les agriculteurs, l’aide sera versée par la MSA.

Contactée par La France Agricole, la Caisse centrale de la MSA est en train d’arbitrer les modalités de versement de l’aide. Elle a en tout cas pour vocation d’être « automatique », selon les mots de Jean Castex. Il devrait intervenir « pour les indépendants » à la mi-décembre, selon le ministère de l’Économie et des Finances.

Le même délai est évoqué pour les retraités qui sont également éligibles au dispositif.

Les employeurs agricoles verseront l’aide

Les salariés agricoles recevront cette aide de leur employeur. L’État compensera totalement la somme. Jean Castex a promis que cette indemnisation sera versée aux salariés dès la fin de décembre.

Les étudiants boursiers et « fiscalement autonomes » touchant moins de 2 000 euros bénéficieront de cette aide. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, l’a confirmé sur France 2 dans l’émission « 4V » le 22 octobre 2021.

Alexis Marcotte