Le ministère prend ainsi le contre-pied des déclarations du président de la République lors du grand débat sur la transition écologique à Gréoux-les-Bains et relayées par la Fnab le 8 mars 2019.

Des aides indispensables pour franchir les objectifs

« L’accompagnement des agriculteurs qui prennent le risque de passer en agriculture biologique est essentiel pour garantir son développement, lance le ministère dans son communiqué. L’objectif de la France […]  est de passer de 6,5 % à 15 % de surface agricole utile d’ici 2022 convertie en agriculture biologique. »

« Cette ambition est également en cohérence avec l’objectif d’avoir 20 % des aliments bio en restauration collective à la fin du quinquennat, poursuit-il. C’est plus de 1,1 milliard d’euros qui vont être mobilisés pour ces conversions. »

Et chacun sait qu’aujourd’hui, le problème n’est pas seulement de savoir combien de temps ces aides à la conversion sont versées, mais quand elles le seront…