Le bio est un secteur dynamique et qui a la cote ! C’est ce que confirment les derniers chiffres pour 2016 présentés par l’Agence bio le 23 mai 2017, mais déjà dévoilés en février. Les conversions se sont multipliées en 2016, au rythme de 400 nouvelles fermes bio par mois, pour atteindre un total de 32 264 exploitations à la fin de 2016, se félicite l’Agence bio. Près de 1,5 million d’hectares, dont un tiers encore en conversion, sont exploités en bio, soit l’équivalent de 5,7 % de la SAU.

Les conversions d’élevages d’ovins laitiers, de bovins laitiers et allaitants ont été nombreuses, soit 300 nouvelles fermes, au niveau de 2010 ou 2011. Près de 60 % des fermes se situent les Régions Occitanie (7 218), Auvergne-Rhône-Alpes (4 771), Nouvelle-Aquitaine (4 700) et Pays de la Loire (2 543).

Une filière qui embauche

Les exploitations bio emploient en moyenne 2,41 ETP (chef d’exploitation et/ou salariés) créant ainsi 77 700 emplois directs. En ajoutant ceux dans la transformation et la distribution (38 200) et dans le conseil et contrôle (2 000), la filière bio emploie 118 000 personnes. Un « bon point » en des temps de chômage, que l’Agence a voulu mettre en avant.

Pourtant les sujets sensibles n’ont pas été soulevés : le financement insuffisant de la conversion et du maintien, le retard des paiements, le prix du bio… L’heure était à la célébration du dynamisme de la filière.

Sophie Bergot