« Notre enquête annuelle montre qu’en 2020, en France, nous avons enregistré 15 % de nouveaux consommateurs bio au moins une fois de temps en temps », souligne Laure Verdeau, directrice de l’Agence bio, le 30 juin 2021.

« Ces nouveaux venus au bio se retrouvent surtout parmi les jeunes, les 18-24 ans, qui ne mettent pas forcément en avant les plus du bio sur la santé, mais plutôt sur l’environnement, précise la directrice. Ils viennent aussi des classes “ouvriers et employés”, des personnes qui auparavant se disaient que le bio n’était pas pour eux et qui ont désormais changé d’avis ». En 2020, ce sont neuf Français sur dix qui déclarent acheter des produits bio au moins de temps en temps. 10 % des Français restent par contre, réfractaires au bio.

Les vents toujours favorables

« Contrairement aux commentaires qui ont pu être faits ces derniers mois, nous n’avons pas noté de coup de froid sur les achats de produits bio en 2020 », ajoute la directrice de l’Agence bio.

« Les vents sont restés favorables à une augmentation de la consommation, détaille Laure Verdeau. Il en est de même sur les premiers mois de 2021. » Elle n’en a pas dévoilé davantage. L’essentiel des données du marché en 2020 sera présenté le 9 juillet prochain.

Les surfaces en bio ont augmenté de 13 % dans les Hauts-de-France en 2020

La Région Hauts-de-France, où se déroule jusqu’au 1er juillet 2021 le salon Terr’Eau Bio, est l’une des Régions qui illustre le dynamisme du bio chez les producteurs. « Nous comptons désormais 1 330 exploitations certifiées bio, pour des surfaces qui ont augmenté de 13 % en 2020, et ont été multipliées par deux en cinq ans, à plus de 50 000 ha aujourd’hui », souligne Christophe Caroux, président de Bio en Hauts-de-France.

« Ce qui est à craindre aujourd’hui, c’est que la baisse des aides vienne freiner cette belle dynamique, alerte Emmanuel Woronoff, qui accueille sur son exploitation le salon. Sur une ferme de 265 ha en bio comme la mienne, c’est 25 000 € par an, que je risque de perdre. »

Blandine Cailliez