A l’appel des syndicats FDSEA et JA (Jeunes Agriculteurs) locaux, 250 éleveurs se sont retrouvés, le mercredi 24 février 2021, devant la préfecture du Cantal, à Aurillac. Ces derniers sont venus dénoncer « l’abandon des éleveurs par l’État ».

Trois mille exploitations touchées par la sécheresse

En effet, le dernier Comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA) a tranché la semaine dernière sur les dossiers liés à la sécheresse de 2020. Trois départements, dont le Cantal, ont vu leur dossier considéré comme défavorable et ne sont donc pas reconnus au régime des calamités agricoles.

> À lire aussi : Sécheresse : trois départements jugés défavorables au régime des calamités agricoles (19/02/2021)

« Sur notre département, cela représente 3 000 exploitations agricoles, souligne Mathieu Theron, président des JA du Cantal. La moitié de notre département a été touché par la sécheresse. » Les conclusions du Comité départemental d’expertise (CDE) évaluaient à 25, voire 40 % les taux de pertes dans le département.

250 éleveurs devant la préfecture

« 250 éleveurs sont aujourd’hui rassemblés devant la préfecture du Cantal, explique Mathieu Theron. Nous voulons que la préfecture héberge nos animaux car nous n’avons plus de quoi les nourrir. » Sur le parvis, les agriculteurs ont aussi déposé symboliquement les panneaux de l'ensemble des communes touchées par la sécheresse. « Quelles solutions aura-t-on ? », s’inquiète le président JA.

Alessandra Gambarini