À l’occasion des vœux à la presse le 19 janvier 2022, Sébastien Windsor, président des chambres d’agriculture, a détaillé comment le réseau comptait « accompagner » les agriculteurs en 2022, autour de plusieurs chantiers.

Phytos : un gyrophare pour prévenir ses voisins

Dans le cadre des concertations avec le ministère de l’Agriculture sur les chartes départementales pour les zones de non-traitement (ZNT) et de l’information des riverains, les chambres proposent d’utiliser les données du Bulletin de santé du végétal (BSV) pour avertir les habitants d’un territoire des traitements à prévoir. Quant à la prévenance individuelle des riverains, « on pourrait imaginer des méthodes simples comme un gyrophare, visible de nuit, pendant les traitements », avance Sébastien Windsor.

Remonté contre la plateforme « Phytosignal », qui est pour lui « de l’ordre de la délation », le président des chambres préfère encourager le dialogue entre agriculteurs et société.

Conseil stratégique phytos : éviter l’embouteillage en 2023

Les chambres disposeront d’une force de 90 équivalents temps plein (ETP) sur 95 % du territoire en 2022 pour réaliser le Conseil stratégique en charge des phytos (CSP), a annoncé Sébastien Windsor. Soit, selon ses estimations, de quoi accompagner 5 000 à 10 000 agriculteurs. Ce conseil individualisé, obligatoire d’ici à la fin de 2023, doit être réalisé sans tarder pour éviter des « embouteillages » à l’approche de cette date limite, alerte-t-il, d’autant qu’il y a des problèmes de recrutement de conseillers spécialisés.

Eau : les diagnostics territoriaux connus en février

Pour accompagner les agriculteurs face au changement climatique, les chambres ont réalisé des diagnostics territoriaux dans treize Régions, dont les conclusions seront présentées par le ministère le 1er février 2022.

Sur le volet 3 du Varenne agricole de l’eau, les chambres ont « une liste de propositions concrètes » pour les projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE), notamment la possibilité d’augmenter les volumes prélevables en dehors des périodes de basses eaux, a avancé Sébastien Windsor.

Installation : garder la main au nom de l’unité nationale

Dans la prochaine Pac de 2023-2027, les Régions auront la gestion complète de l’installation, de l’instruction au financement des demandeurs. Les chambres comptent bien rester un acteur incontournable dans la pré-instruction des dossiers des candidats à l’installation, au nom de l’efficacité et de la force du réseau capable de compiler des références pour des productions atypiques.

Sur les points d’accueil à l’installation (PAI), Sébastien Windsor veut que les chambres restent au cœur du dispositif « au nom de l’unité nationale ». S’il y a plusieurs structures labellisées pour l’accompagnement, il pointe le risque du « clientélisme » et d’un conseil biaisé pour conserver un candidat.

Sophie Bergot