Ce vendredi 1er novembre 2019, JA (Jeunes Agriculteurs) a publié une liste de propositions pour limiter l’artificialisation des terres agricoles, assurer leur protection et faciliter à terme les projets d’installation. Parmi celles-ci, se trouvent notamment l’utilisation prioritaire de friches industrielles pour construire, la mise en place d’une fiscalité de l’aménagement, le refus de l’implantation de panneaux photovoltaïques au sol ou encore la réhabilitation des friches agricoles.

Rencontres avec les parlementaires

Ces mesures, principalement à destination des maires et des parlementaires ont été remises aux jeunes agriculteurs qui souhaiteraient rencontrer leurs élus pour les sensibiliser au sujet. C’est le cas dans la Région Centre-Val de Loire où un fascicule a été envoyé à chaque maire de commune de plus de 10 000 habitants, conseiller départemental, conseiller régional, président d’EPCI et parlementaires afin de les sensibiliser aux problématiques nationales et locales et de leur fournir des outils pour sanctuariser le foncier agricole.

Plusieurs autres actions sont prévues dans la Région, notamment la remise en culture de parcelles situées dans une zone d’activités en partenariat avec les collectivités afin de « sensibiliser les aménageurs », explique Maxime Buizard, responsable en charge de l’installation pour JA Centre-Val de Loire. Le syndicat prépare également une remise des trophées aux maires ayant le plus consommé de foncier agricole d’ici à la fin du mois.

Dans le département du Loiret, une rencontre est déjà prévue pour le mois de décembre avec les parlementaires afin de travailler à la prochaine loi foncière. « Nos parlementaires sont attentifs à nos arguments et désireux de porter la position de JA », s’enthousiasme Maxime Buizard, président de JA du Loiret.

Ce n’est pas la première fois que le syndicat s’empare du sujet. En 2015, son congrès était déjà consacré au sujet avec, pour thématique, « Foncier, entre avenir et héritage ». Un certain nombre de mesures avaient été avancées pour limiter le grignotage des terres avec, pour perspective, la loi foncière.

A. Gambarini