Dans un communiqué diffusé le 24 avril 2017, le ministère de l’Agriculture rappelle que « les pertes de récolte du secteur arboricole pourront faire l’objet d’une indemnisation dans le cadre du régime des calamités agricoles, une fois que l’étendue des pertes définitives sera connue, à l’issue de la récolte de 2017. »

Pour le secteur viticole, les pertes de récoltes ne relèvent pas du régime des calamités agricoles, mais de l’assurance privée. « Ce dernier pourra être activé, le cas échéant, pour les pertes de fonds, si les dommages impactent la récolte de 2018. » Le ministère annonce avoir demandé aux préfets de tout mettre en place pour que les exploitants concernés puissent :

• avoir un accès au chômage partiel pour leurs éventuels salariés ;

• solliciter un dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti pour les parcelles touchées par la grêle ;

• solliciter auprès des caisses de MSA un report du paiement des cotisations sociales.

« Le ministre de l’Agriculture demande également aux établissements financiers de prendre en compte cette situation exceptionnelle et de proposer aux viticulteurs et aux arboriculteurs sinistrés les solutions leur permettant de passer ce cap difficile. »