Le 21 juin 2022, quatre personnes âgées de 21 à 33 ans ont été interpellées à la suite du blocage d’un train de blé dans le Morbihan en mars dernier. Tous sont « sans antécédent particulier », indique le parquet de Lorient dans un communiqué du 22 juin 2022. Ils ont été mis en examen, notamment pour entrave à la circulation d’un train, dépôt d’objet sur la voie ferrée et dégradation d’un bien d’autrui en réunion.

> À lire aussi : Gaspillage : des militants tendent une embuscade à un train de céréales (21/032022)

142 tonnes de blé impropres

Le 19 mars 2022, entre Saint-Gérand et Noyal-Pontivy, « un train de marchandises transportant du blé originaire de la Beauce et destiné à la fabrication d’aliments pour le bétail, était bloqué à hauteur d’un passage à niveau desservant une usine agroalimentaire », rappelle le parquet. Plusieurs manifestants, revêtus de combinaisons, avaient monté un muret de parpaings en travers de la voie ferrée, avant d’essayer de pénétrer à bord de la locomotive.

« Ils ouvraient ensuite des vannes de wagons conteneurs, faisant se déverser des tonnes de blé sur les voies, avant de prendre la fuite », d’après la même source. 142 tonnes de blé sur les 1 390 tonnes étaient au final rendues impropres à toute destination. Une information judiciaire avait été ouverte le 24 mars 2022.

« Mettre l’agroindustrie à terre »

« Les investigations se poursuivent dans le cadre de l’information » judiciaire, a précisé le procureur de la République de Lorient, Stéphane Kellenberger. Les quatre personnes ont été placées « sous un strict contrôle judiciaire, comportant diverses obligations et interdictions ».

Une cinquantaine de militants, réunis à l’appel du Collectif « Bretagne contre les fermes usines », avaient bloqué ce train, pensant intercepter une cargaison de soja, avaient-ils expliqué. « Le système d’élevage hors-sol va droit dans le mur, nous devons mettre l’agroindustrie à terre », avaient-ils affirmé dans un communiqué.

AFP